de l'homme

Publié le par studyart

 Et non, aujourd’hui, pas question de parler des hommes. Enfin si, justement, parlons-en ! Parlons, ou plutôt écrivons, sur ces êtres anti-femme. Non pas qu’ils ne les aiment pas, bien au contraire, mais qu’ils ne les acceptent pas. Ils les aiment, pour leurs cheveux, leurs yeux, leur peau douce et leur chaire. Ils les aiment aussi pour leurs grâce, leur bonne cuisine, leur parfum, leur sensualité... Merveilleuse créature que la femme, belle et sage comme sur un tableau impressionniste. Le femme reste un animal, enfermé dans des préjugés d’infériorité infâmes. La femme ne fait que s’amuser, et s’occuper des tâches domestiques. “Hahaha” oui rigolez bien de lire ces choses, écrites par une fille/femme. “Nous sommes au vingt et unième siècle!” direz vous, en bien sûr vous aurez raison, mais pas pour les bonnes raisons. Effectivement nous somme au vingt et unième siècle, mais non, ça n’a pas changé. Quand on pense que la vision imaginaire de la femme est la même qu’à la renaissance, comme beaucoup de chose d’ailleurs, c’est peu encourageant. C’en est même révoltant. La femme, la femme ne sait rien faire d’autre que la cuisine, le ménage et s’occuper des enfants. C’est bien pour cela que les allemandes choisissent un bon emploi à une vie familiale. Par ce qu’une femme sans progéniture est plus efficace qu’une femme avec des enfants qui tombe malade, qu’il faut aller chercher à la sortie de l’école, et qui bien sûr demande un temps de “gestation” de 9 mois, avec les gènes que cela peut occasionner. N’ayez pas peur, je ne dévalorise pas le fait d’être enceinte, j’espère d’ailleurs l’être un jour ( mais dans longtemps ) mais je me pose pour un temps du côté des hommes. Donc les femmes sont dévalorisées au travail. Bon ça on le sait, et d’ailleurs on ne fait pas grand chose pour lutter contre ça. Enfin si il y a des associations... Dont on ne parle jamais. Bref la femme est un échelon en dessous de la gente masculine. Oups, Angela Merckel Chancelière Allemande ?! Quelle surprise, une femme au pouvoir. Bien que notre Ségolène n’avait effectivement pas la carrure nécessaire pour gouverner la France, je pense que pour les Français ( sans “e” ) aucune femme n’aurait et n’aura les épaule pour soutenir l’hexagone. Bien dommage de garder cette mentalité car je suis persuadé du contraire. L’homme oui fait viril, fait autorité, ... Mais notre Petit Nicolas vaut il vraiment mieux, avec sa Rolex et ses poignées d’amour travaillées sur Toshop ? Voilà qui me dit qu’il n’y a pas/plus que les femmes qui sont superficielles et qui aiment le luxe.
Aussi, puisque c’est un peu plus le domaine de ce blog: Les femmes artistes.
Je suis en train de lire le livre collectif “Féminisme, art et histoire de l’art” et me rend compte qu’effectivement la femme a toujours été effacée du monde de l’art, ou des arts. Bien heureusement, certaines, à la force de caractère incroyable et qui font mon admiration, ont réussi à s’intégrer, même peu de temps, dans un domaine artistique. Bien évidemment je pense à Mademoiselle Camille, la tailleuse de marbre, sculpteuse, élève de Rodin. Mais son travail à longtemps été pris pour le travail du maître, tellement leurs styles étaient proche pendant un temps. Sculpter pour une femme, voilà une chose improbable. Une activité aussi difficile... Mais c’est sans compter sur la poigne et le caractère d’acier de cette femme aux yeux d’océan qui révolutionnera le monde artistique. Mais dans ce livre, il n’est pas question ( enfin au point de ma lecture qui s'arrête à l’analyse de G. Pollock pour ce soir) des femmes artistes, mais plutôt des femmes représentées par les hommes artistes. La femme sexuée, le regard voyeur, la sexualité... L’ “Olympia” de Manet nous montre une prostituée par exemple. Ben voyons ! Et en plus elle provoque cette “garce” ! Mais ce n’est pas pire qu’à la Renaissance, où il n’y avait même pas de modèles féminins. Et oui mesdames messieurs ce que vous prenez pour les femmes peintes par Michel Ange ne sont que des hommes sans pénis et avec des seins. Hahaha que je rigole! La femme représentée n'est qu'épouse ou mère de famille ... ou prostituée. Danseuse chez Degas, mais ce sont des enfants encore. La femme au bain, luxure de l'Orientalisme. Belle image que tant de femmes nues et mouillées par la chaleur des hammam et autres saunas. Sexualité inconnues de leur part, on les cache, en plus: comme le dessin de Ernest Pignon Ernest déchiré cet été - les Anges de Montauban ( attendez je vérifie l'orthographe ... oui c'est ça ). Quelle dégout de voir que des femmes, qui dans le fond n'ont rien à montrer, doivent avoir le sexe caché. Caché du rien, est ce logique ? Nan ça doit juste perturber ces messieurs que justement il n'y ai rien. Ho laissons Freud et son complexe de la castration pour ce soir!
Donc la femme est dévalorisée. La femme n'est rien. Ha ? Juste un objet "utile" qui fait à manger et qui écarte els cuisses de temps en temps. Femme objet... on vient de voir un exposé sur le sujet en théorie de l'image et je me rappelle de plusieurs publicités marquantes: la femme en kit. Oui Ikea ferait même des femmes à monter sois même. Mais à mon avis la notice serait un peu trop compliquée. Pour une marque de voiture, un homme et une femme au lit, elle dessous lui dessus, forcément, et elle avait un magazine auto sur la tête. La pauvre ! Oui la femme objet sexuel. Et on nous critique d'utiliser ( enfin pour certaines du moins ) des sextoys et autres gods... Il n'y aurait pas du foutage de tronche avec ceux qui pesent que la femme est une poupée ? Ho c'est ignoble quand même!

Bon revenons à l'art. Une citation trouvée dans le livre indique qu'il n'existe pas de femme artiste, ou alors qu'elle est un homme, désexualisé(e). A bon ? Et ça sort d'où ? Une femme, avec son sexe, ne peut pas être artiste ? Par ce qu'elle n'aime pas faire des dessins érotiques ? Par ce qu'elle n'aurait pas autant d'attrait pour "la chose" que les hommes artistes ? Laissez moi rire s'il vous plait. Une femme peut, est capable, de faire de l'art avec d'autres choses que le sexe. Comme les hommes d'ailleurs. Elles utilisent la mythologie, comme Mademoiselle Camille, leur propre histoire, leur identité, telle Annette Messager, Louise Bourgeois, ou encore Sophie Calle. Et il y en a tellement d'autres. Qui parlent à travers leurs oeuvres de famille, de conflits, d'amour et de loisirs. D'art, de corps beaucoup, et de pleins d'autres choses.

 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article